Les jardiniers manquent à l’appel

Coralie Donas
DOSSIER : Les métiers de l'environnement

Les villes cherchent des jardiniers mais font face à une concurrence accrue des entreprises et à une certaine méconnaissance de la diversité des tâches qu’elles proposent. Les opportunités d'emploi sont pourtant nombreuses et intéressantes.

jardinier-flickrcc-communication

« Nous sommes interpellés par des villes de la France entière qui souhaitent poster des offres d’emploi de jardiniers sur notre site », constate Pascal Goubier, président de Hortis, une association qui rassemble des responsables de services de parcs et jardins de villes, départements et métropoles. A la ville de Rennes, la direction des jardins et de la biodiversité emploie 400 personnes, dont 250 jardiniers. Une quinzaine de postes pour ce métier sont ouverts actuellement. « Nous n’avons pas de candidatures », constate Bertrand Martin, responsable du service exploitation, qui a aussi du mal à trouver des contractuels. La pénurie est conjoncturelle, liée à des départs à la retraite et au Covid qui a empêché la ville bretonne de mener une grande opération de recrutement sur ces métiers l’an dernier. Mais elle s’explique aussi par des tendances de fond, comme la concurrence grandissante des entreprises privées, et une demande forte liée à la végétalisation des villes et à l’évolution des pratiques. « Toutes les collectivités sont en train de recruter sur ces métiers, le végétal a le vent en poupe et est appuyé politiquement », observe Pascal Goubier.

  • Découvrez nos offres d'emploi de jardinier en cliquant ici

Diversité des missions

Le métier de jardinier a changé depuis quelques années. « L’évolution environnementale fait que le métier se complexifie et devient sans doute plus intéressant qu’avant. Il nécessite plus d’autonomie, implique d’observer la nature et d’adapter nos modes d’intervention », détaille Bertrand Martin. « C’est aussi un métier de médiation, il faut de plus en plus expliquer aux passants ce que vous êtes en train de faire et répondre à des questions parfois très pointues », note aussi Pascal Goubier.

L’intérêt du métier n’a pas échappé aux personnes en reconversion, qui après une première vie professionnelle, sont de plus en plus nombreuses à se diriger dans le domaine. « Ce sont des profils intéressants, avec une forte motivation, mais qui suivent un cursus plus court qu’une formation initiale. Nous devons les former pendant deux ou trois ans lorsqu’ils arrivent chez nous », reprend Bertrand Martin.

L’enjeu pour les collectivités est de capter ces nouveaux profils et aussi d’attirer les jeunes diplômés qui sortent d’école. Pour communiquer sur ses importants besoins de recrutements de jardiniers – 40 postes ouverts, le même volume qu’en 2020 - la ville de Paris diffuse sur son site et les réseaux sociaux une vidéo d’environ 3 minutes de promotion du métier, qui s’appuie sur le témoignage de ses salariés. Une deuxième vidéo, plus longue, permet d’en apprendre plus sur le métier et le périmètre d’intervention des jardiniers dans la ville. Une façon de faire connaître la diversité des tâches que peuvent offrir les collectivités entre les espaces verts, les jardins botaniques, la production en pépinières, ou encore les chantiers de création de nouveaux espaces. 

 

 

 

 

 

 

 

Offres d’emploi en lien avec l’article

INFOPRO DIGITAL

Commercial Sédentaire B to B H/F

Titulaire, Contractuel, CDI, CDD | 13/10/2021 | INFOPRO DIGITAL

INFOPRO DIGITAL

Attaché Commercial Sédentaire H/F

Titulaire, Contractuel, CDI, CDD | 13/10/2021 | INFOPRO DIGITAL

VILLE DE BREUILLET

INSTRUCTEUR DU DROIT DES SOLS (H/F)

Titulaire, Contractuel | 23/09/2021 | VILLE DE BREUILLET

MACONNAIS BEAUJOLAIS AGGLOMERATION

Responsable technique pour son pôle aquatique (H/F)

Titulaire, Contractuel | 27/08/2021 | MACONNAIS BEAUJOLAIS AGGLOMERATION

Dossier du mois

Ville de Rezé - Pourquoi nous rejoindre ?

DÉPOSEZ VOTRE CV et rejoignez la première CVthèque de l’emploi public !

J'ajoute mon cv Pas encore de cv ?

Les concours en lien avec l’article