Les robots menacent-ils nos emplois ?

Julie Krazowsky • mis à jour le
DOSSIER : Les métiers de l'informatique

La robotique et l'intelligence artificielle vont détruire des emplois. Mais elles en créeront d'autres. Beaucoup d'autres. D'ores et déjà,elles transforment radicalement les métiers. On évoque le sujet avec Francis Pisani, documentariste et auteur du blog lemonde.fr/cityinnovation, avant de découvrir ce qu'en dit le Conseil d'orientation pour l'emploi.

Robots, intelligence artificielle

Les data sciences et l'apprentissage automatique (machine learning, disent les Anglo-Saxons) permettent de développer les capacités des machines. Celles-ci sont désormais capables d'analyser, d'utiliser des connaissances et de prendre des décisions. Les progrès de l’intelligence artificielle (IA) vont-ils nous libérer ou, au contraire, nous asservir ?

Interview

Questions à Francis Pisani, documentariste, journaliste spécialiste des technologies de l'information et de la communication

Quelle question posera le développement de l’intelligence artificielle en matière de capacité et de compétences humaines ?

Francis Pisani. Je me méfie des prédictions à long terme. Elles excluent selon moi la possibilité d’une innovation qui viendrait tout bouleverser. Aujourd’hui, nous avons affaire à une intelligence artificielle faible qui peut résoudre des problèmes, exécuter des calculs extrêmement rapidement, mais qui ne met pas encore en œuvre un mode opératoire intelligent.

La machine peut arriver à la bonne conclusion. Mais ce qui importe, ce sont les raisons qui lui ont permis d’y arriver. La question c’est "l’explicabilité" des processus d’intelligence artificielle.

L’enjeu n’est pas le remplacement des hommes par des machines intelligentes qui vont faire mieux, mais comment allons-nous collaborer ?

En outre, l’enjeu n’est pas le remplacement des hommes par des machines intelligentes qui vont faire mieux que l'être humain, mais comment allons nous collaborer avec elles  !

Les spécialistes des data sciences, très recherchés par les recruteurs, sont-ils mieux armés face aux progrès de l’IA et de la robotique ?

Le problème est ailleurs. Il réside dans le fait que l'on ne forme pas les gens à une approche critique des innovations en cours. La France est un exemple typique.

Vous avez d’un côté les "pour", et de l’autre les "contre"... Or, il nous faut garder une dimension critique. Lorsque vous créez un code ou une application pour répondre à un problème précis, il faut être conscient du risque que cette création peut engendrer, et essayer de mesurer ce risque.

Le physicien Stephen Hawking,  e patron de Tesla et Space X Elon Musk, entre autres, affirment que le développement de l’intelligence artificielle est une menace pour l’espèce humaine. Qu’en pensez-vous ?

Je n’ai pas une idée précise et fondée sur l’enjeu des technologies. Celles-ci ne sont ni bonnes, ni mauvaises, ni neutres. En revanche, ce qui est intéressant dans ces différentes prises de position, c’est le processus consistant à être prudent avec les choses qu’on invente.

On ne fait pas assez attention aux conséquences inattendues, il nous faut réfléchir à ce qu’on fait en même temps qu’on le fait. Ce qui m’intéresse donc dans les positions de ces personnalités, c’est leur prudence.

La technologie ouvre la porte de connaissances plus grandes, elle libère l’homme de certaines tâches et crée d’autres dépendances. Mais ce qui importe c’est que nous soyons conscients du risque. 

 

Une étude du Coe

Technologies numériques et d'automatisation : quels effets sur l'emploi

Les études sur les conséquences des nouvelles sur l'emploi sont pléthore. Leurs auteurs s'accordent pour conclure que les innovations technologiques ont été, et sont toujours, globalement bénéfiques pour le volume de l'emploi. 

Mais quelques-unes se sont polarisées sur le nombre d'emplois susceptibles d'être détruits par les machines. Par exemple,

  • en 2014, l'Insee écrit que 42% des métiers présentent un risque élevé à moyen long terme;
  • en 2016, dans une enquête sur les conditions de travail, la Dares juge que ce risque de destruction concerne 15% des emplois.

Dans un rapport de 2017le Conseil d'orientation pour l'emploi (Coe) cherche, lui, à mesurer les effets non seulement négatifs, mais aussi positifs de ces technologiques sur 

  1. le volume de l'emploi,
  2. la structure de l'emploi
  3. et la localisation de l'emploi, internationale et nationale.

Le Coe souligne que "moins de 10% des emplois cumulent des vulnérabilités qui pourraient en menacer l'existence dans un contexte d'automatisation". En revanche, il juge considérable le potentiel de créations d'emplois direct et indirecte lié à ces nouvelles technologies.

Il remarque par ailleurs que, depuis les années 1980, l'évolution de l'emploi liée aux technologies du numérique et de la robotique  profite davantage aux plus qualifiés.  Et que celles-ci transforment radicalement les métiers, qui se complexifient avec un essor des compétences analytiques et relationnelles.

> Lire aussi : Les métiers du digital recrutent

> Retrouver tous les articles sur les métiers de l'informatique

 

Offres d’emploi en lien avec l’article

VILLE DE NEUILLY SUR MARNE

Ingénieur / Architecte conception et réalisation de constructions H/F

Titulaire, Contractuel | 10/12/2019 | VILLE DE NEUILLY SUR MARNE

VILLE DE PLOUGONVELIN

RESPONSABLE DE SERVICE TECHNIQUE (H/F)

Titulaire, Contractuel | 10/12/2019 | VILLE DE PLOUGONVELIN

CAISSE DES ECOLES DU 13EME

Magasinier en restauration collective (H/F)

Titulaire, Contractuel | 05/12/2019 | CAISSE DES ECOLES DU 13EME

VILLE DE CHATELLERAULT

Responsable de l'unité Maintenance et dépannage (H/F)

Titulaire, Contractuel | 05/12/2019 | VILLE DE CHATELLERAULT

Dossier du mois

Les chiffres clés de la fonction publique en 2014

La fonction publique en chiffres - 2015

DÉPOSEZ VOTRE CV et rejoignez la première CVthèque de l’emploi public !

J'ajoute mon cv Pas encore de cv ?

Les concours en lien avec l’article